Des remèdes naturels comme alternative aux médicaments psychiatriques?

Tel que vu dans Tonic Magazin
Par Guy Chamberland

Les troubles mentaux sont à la hausse. Les études épidémiologiques démontrent qu’une personne sur cinq souffrira d’un trouble psychiatrique au cours de sa vie. Sans aucun doute, les médicaments psychiatriques ont aidé de nombreuses personnes souffrant de maladie mentale. Cependant, pour d’autres patients, les effets secondaires de cette médication sont intolérables. Dans certaines situations, ces médicaments ont contribué à aggraver leur maladie (par exemple, déclencher des pensées suicidaires, des épisodes maniaques ou psychotiques, etc.). Plusieurs auteurs ont soulevé des questions sur l’utilisation répandue des médicaments psychiatriques et sur leurs effets secondaires à long terme, en soulignant que certaines personnes sont aidées par ceux-ci et qu’ils ont encore une place dans l’arsenal du médecin. (R. Whitaker, Anatomy of an Epidemic, Magic Bullets, Psychiatric Drugs and Astonishing Rise of Mental Illness). D’autres professionnels de la santé utilisent la psychothérapie ou d’autres méthodes non médicamenteuses pour améliorer les problèmes de santé mentale et de stress.

En général, la médecine naturelle offre des alternatives aux médicaments pharmaceutiques, et dans la plupart des cas, moins d’effets secondaires ont été décrits avec l’approche naturelle. Des herbes ont été utilisées à travers l’histoire pour traiter les symptômes psychologiques ou les maladies mentales avec des résultats fructueux. Les propriétés qui sont généralement recherchées pour des traitements incluent: trophorestorative nerveux, adaptogènes, calmant, hypnotique et/ou sédatif. Des exemples d’herbes couramment utilisées pour traiter la maladie mentale sont: la mélisse (Melissa officinalis), la fleur de passion (Passiflora incarnata), le scullcap (Scutellaria lateriflora), le millepertuis (Hypericum perforatum), la valériane (Valerian), la verveine (Verbena officinalis) et le Wood Betony (Stachys officinalis). Autre que le millepertuis, qui a été largement évalué dans le traitement du trouble dépressif majeur (TDM), la plupart des autres herbes n’ont pas subi de tests cliniques. Le millepertuis a démontré une efficacité équivalente aux antidépresseurs et a été recommandé comme traitement de première ligne pour la dépression d’intensité légère à modérée. Plusieurs herbes ont démontré des bénéfices cliniques lors d’essais dans le traitement de l’anxiété, mais les essais contrôlés bien conçus sont manquants pour les autres maladies psychiatriques. Il n’est pas surprenant de voir que les plantes médicinales utilisées dans le traitement des troubles mentaux sont souvent basées sur la phytothérapie traditionnelle ou occidentale, la médecine traditionnelle chinoise (MTC) ou la médecine naturopathique. Ces thérapies basent souvent leurs traitements sur des principes entièrement différents de ceux utilisés en médecine conventionnelle.

Compte tenu de leur puissance, ces herbes devraient être utilisées avec prudence et toujours sous la supervision d’un professionnel de la santé, car elles contiennent des ingrédients qui ont des propriétés pharmacologiques similaires à celles des médicaments psychiatriques.

En conclusion, la dépression et les troubles psychiatriques sont des maladies graves et ne doivent pas être pris à la légère. Une approche à base de plantes peut être préférée par certains patients, mais ils doivent éviter l’automédication et demander des soins de professionnels de la santé qualifiés et expérimentés. Les patients peuvent même recevoir des soins d’une clinique de médecine intégrée; une clinique où des spécialistes en médecine conventionnelle et naturelle travaillent conjointement pour les aider (par exemple, Vaughan Medical Center et Start Clinic situés à Toronto).

Guy Chamberland est le vice-président de la recherche chez CuraPhyteTechnologies. Il peut être contacté à l’adresse suivante : curaphyte-technologies@live.ca .